FANTASTIQUE / THRILLER / NOIR

vendredi 17 juin 2016

Morgane Caussarieu, "Je suis ton ombre" (Mnémos)

Je ne suis pas chroniqueur et je pense que je ne ferai jamais une bonne chronique. Ah oui, aussi : j'évite de lire les chroniques, je les trouve souvent chiantes, et je préfère lire directement les livres. Voilà, c'est dit.
J'ai dévoré « Je suis ton ombre », de Morgane Caussarieu. Et j'ai envie de partager ce moment de lecture.

Le propos ? Le sud-ouest de la France, de nos jours. Poil de Carotte est un petit garçon qui se cherche... Va-t-il faire ami-ami avec Timmy, dont la bande de potes terrorise les élèves de l'école, ou va-t-il rester fidèle à David, son copain un peu lourdaud ? Et puis cette vieille maison au milieu des bois, partie en flammes, ses occupants dont on ne sait pas grand-chose... Quel mystère plane sur la vieille demeure ? Poil de carotte y découvre un cahier qu'il feuillette chaque jour : il lui livre un récit terrifiant, celui vécu par deux enfants au cœur des bayous de Louisiane quelques siècles plus tôt. Quels liens mystérieux Poil de Carotte noue-t-il avec les protagonistes de ce journal ?
La mécanique du roman se met doucement en place, les deux histoires convergent vers un final implacable. Terrible.
« Je suis ton ombre » est un récit fantastique. Il me semble qu'il vaut mieux ne pas dévoiler au lecteur de quel « sous-genre » il relève : j'aurais préféré ne pas le savoir et le découvrir au cours de ma lecture. Mon conseil : ne lisez pas la 4e de couv.
Premier atout du roman : une écriture qui m'a ravi, mais je préfère parler de « voix des personnages » que d'écriture ou de style. Bref, c'est fluide, élégant, immersif. Nickel. Autres atouts : des persos suffisamment riches pour qu'on ait envie de les « suivre », une tension qui ne retombe pas, une histoire solide. Rien que ça, oui.
Enfin, l'autre gros atout à mon avis : l'immersion dans les bayous de Louisiane est grandement facilitée par la qualité de la « peinture » proposée. Mais attention : pas de guide touristique, pas de thèse en histoire ou en ethnographie, ici tout est utile et tout fonctionne. Et pour réussir ça, il faut un peu connaître son sujet. Alors, j'ignore si l'auteure connaît personnellement la Louisiane, mais il paraît évident qu'elle s'est documentée. Ça transpire le bayou, les négriers, le commerce des esclaves, les indiens... Le résultat est là. Je n'ai pas l'impression de surfer de manière superficielle sur quelques vagues poncifs, mais bien d'avancer pas à pas dans les arcanes d'une société basée sur l'esclavagisme et le commerce des noirs africains. C'est glaçant et moite à la fois, ça prend aux tripes. Comme l'ensemble de ce roman.
Morgane : merci. Bravo. Au plaisir de te lire à nouveau.

lundi 13 juin 2016

Malpertuis VII, "Le syndrome de Fukushima"

L'antho Malpertuis VII est sortie !

Au sommaire, 23 nouvelles inédites fantastiques !
J'ai commis pour ce recueil "Le syndrome de Fukushima", une de mes nouvelles les plus longues.

Une famille franco-japonaise a fui le Japon après le drame du 11 mars 2011. 
La grossesse inquiétante de Léa, la disparition de son mari, les visions étranges de leur petite fille... ce sont quelques-uns des ingrédients de ce récit.

Concernant le reste du recueil, j'ai presque tout lu, mais je ne vais pas jouer les critiques littéraires :
1/ je fais ça très mal. 2/ je serais dans le cas présent juge et partie...

Allez, j'en ai encore 7 à dévorer, mais je glisserai juste un mot : ma nouvelle préférée, celle de Raphaël Boudin, "Les femelles porteuses d'idoles". Alors, voici mon mot : "cronenbergienne" ;)

Et, en toute honnêteté, toutes les autres nouvelles lues sont de qualité. Simplement, il y a des ambiances différentes, des manières de traiter les sujets différentes. Mon avis de lecteur est donc totalement subjectif.
Achetez l'anthologie et lisez-la, c'est encore le mieux à faire.

Cliquez sur le lien "Malpertuis VII" ci-dessous pour aller sur le site de l'éditeur et acheter ce chouette recueil :
Malpertuis VII


Merci à Thomas Bauduret et à Christophe Thill pour ce beau travail, merci à eux pour leur gentillesse, merci et bravo aux 22 autres auteur(e)s. 
À l'an prochain ?