FANTASTIQUE / THRILLER / NOIR

"Une petite évasion"

Extrait de la nouvelle noire "Une petite évasion", primée au concours Les Ancres Noires 2016

Pour public averti



UNE PETITE ÉVASION

La lessive et l'adoucissant exhalent leur odeur dans la buanderie. La radio diffuse un programme de chansons françaises, des vieilles rengaines. Je dois être fort. Je dois en finir, m'évader d'ici. La musique a couvert le bruit de la porte du garage, puis celui de mes pas. Je me tiens à présent derrière ma Geôlière, à quelques mètres.
Je sens la sueur sur la pulpe de mes doigts et sur la paume de ma main. Mes muscles se crispent sur le manche de l'arme. Une massette. Bien sûr, un marteau de charpentier ferait mieux l'affaire, mais je ne suis pas bricoleur. J'ai ramassé ce que j'ai trouvé.
Accroupie au-dessus d'une bassine pleine de linge, ma Geôlière s'active. Son chignon maintient sa chevelure pour ne pas gêner ses mouvements. Il va m'offrir une prise intéressante. Une fois que je l'aurai serré de la main gauche, je n'aurai qu'à lui plaquer le visage contre le linge mouillé, à viser le sommet du crâne et à frapper. Rien de compliqué. Seulement voilà, j'ai une trouille bleue.
Elle sort les derniers vêtements de la machine. Elle va bientôt se redresser pour traîner la bassine sur un mètre cinquante jusqu'au séchoir. Chaque seconde qui passe, mes mains sont plus moites. Je dois agir tout de suite, avant de commencer à douter, je dois me focaliser sur elle et sur sa vilenie, sur la vie de taulard que je mène entre ces murs. J'avale ma salive. Je lève la massette. Ne réfléchis pas. Cogne !
J'empoigne ses cheveux, je plonge sa tête dans la bassine. Tandis que d'un œil je fixe le chignon, ma main droite s'abat, son crâne se brise dans un bruit sourd. Je frappe et frappe encore. Le sang macule la chevelure blonde, son odeur ferreuse se diffuse, mais aucun cri ne s'échappe de sa gorge. Est-ce l'effet de surprise ? Est-ce qu'elle s'attendait à quelque chose ? C'est vrai que d'habitude, elle devine tout, absolument tout. Pour lui dissimuler mes projets, j'ai dû faire de gros efforts.
Sous mes yeux, les os éclatés, le sang et la cervelle répandus... Moi, c'est son fiel que je vois s'écouler.
Libre, enfin !

Quelques minutes plus tard.
À la radio, un air d'outre-mer m'invite à taper sur des bambous. Je me relève et je regarde autour de moi. Le hublot de la machine, le fil à linge et les draps pliés : on est samedi, jour de lessive. D'habitude elle reste seule à la maison, mais aujourd'hui j'ai posé un congé. Ça n'est pas un week-end comme les autres. Ce soir, je pars en vacances. Alors avant de se faire la belle, il faut se mettre au boulot. J'ai un plan et je vais le suivre. Commençons.
(…)
*

Retrouvez les cinq nouvelles primées dans le recueil 2016 des Ancres noires :
Site Les Ancres Noires 


Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5, 2° et 3° a), d'une part, que les "copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, "toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite" (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire